samedi 18 novembre 2017

Coup de Coeur Parisien : Takara

Aujourd'hui, parlons gastronomie japonaise. Rares sont les établissements parisiens qui font frémir mes papilles et en général, je m'y rends par curiosité une fois, mais pas deux. Sauf lorsque l'on parle de mes grands favoris : Blueberry, Lengue, Kokoya, Sanukiya et youpi, un petit nouveau vient de se hisser en très bonne place dans mon top 5! Enfin nouveau, façon de parler puisqu'il s'agit en réalité du plus vieux restaurant de sushis de la capitale.
Mais pourquoi donc ne m'y suis-je jamais aventurée avant? Mystère et boule de wasabi.

Je ne tournerai pas autour du pot : j'ai ADORÉ Takara. Autant le décor particulièrement soigné et l'ambiance traditionnelle que le service souriant et aimable, à la japonaise. Et puis surtout, j'ai été enthousiasmée par la variété et la qualité des mets proposés.



Pour débuter le voyage, il faut absolument que vous goutiez l'aubergine caramélisée au Miso qui est fabuleuse. Une des meilleures dégustées à Paris sachant que je commande systématiquement cette spécialité dès qu'elle figure à la carte d'un restaurant Japonais.

Aubergine caramélisée au Miso

Pour continuer, le choix est cornélien et si les traditionnelles fondues de viande ("Shabu Shabu" et "Sukiyaki") me font de l’œil, tout comme les Tempuras, les nouilles Soba et autres petites choses réjouissantes, j'ai pour cette fois craqué pour l'excellent plateau de sushis tandis que mon accompagnateur se délectait de sushis à la carte. 

Plateau de sushi

Tout était fin, délicat, savoureux avec une mention toute spéciale pour les exquis sushis au thon gras et à l'anguille grillée.  

Sushis au thon gras
Sushis à l'anguille grillée

Mon seul regret? Les algues entourant les maki pas assez croustillantes à mon goût!

Maki à la chair de thon (Negi Toro) et Sushi au saumon

Ne partez pas! Il vous faut essayer les appétissants desserts traditionnels dont l'intitulé fait saliver d'avance


Ici encore, on se délecte des glaces au thé matcha et au sésame noir parées pour l’occasion d’une belle cuillerée d'Anko, la fameuse pâte de haricots rouges. Un dessert délicieux, en toute simplicité.

Le Daifuku, composé de pâte de riz et d'Anko est moins marquant, même s'il est bien réalisé.

Glaces au sésame noir et au thé vert et tasse de thé matcha

Daifuku

Malheureusement, la qualité se paye et par la force des choses, les prix de Takara restent (très) élevés : 29 euros le plateau de sushis, 12 euros l'aubergine au Miso, 11euros pour les 6 makis à la carte...
Au final, en se faisant vraiment plaisir, on en a pour environ 60 euros par personne. Il existe aussi des menus dégustation avec un éventail de plats plus larges qui sont autour de 60 euros également.


Les petits budgets auront cependant la possibilité de se rendre à Takara le midi et de craquer pour un menu Chirashi ou Tempura / Sushi  (25 euros environ), composés d'un amuse-bouche, d'une soupe miso et d'une salade en plus du plat principal. Pas très copieux, il faut le dire, mais délicieux
 
Chirashi royal et Chirashi de saumon

Malgré l'envolée des tarifs, j'ai trouvé le voyage si fabuleux que je sais d'ores et déjà que j'y retournerai fissa. Et puis finalement, à choisir entre deux repas pas terribles chez le "chiponais" du coin et un dîner  un peu exceptionnel chez Takara, je choisis sans hésitation la deuxième option!

Et vous??



Service : 5/5 
Cuisine : 5/5
Lieu / Ambiance : 4,5/5 
Rapport Qualité / Prix : 3,5/5 (assez cher... Mais justifié!)

Avec qui? Entre amis /en amoureux /en famille / repas d'affaire

La Note finale de la Goûteuse (moi!) : 18/20


Takara
rue de Molière
75001 Paris

mercredi 15 novembre 2017

Muffins aux Patates douces et aux Noix de pécan : sans sucre, sans lactose et sans gluten (IG bas) !

Ces muffins sont un peu des extraterrestres du petit-déjeuner. En tous cas pour moi, qui ai l'habitude de cuisiner des entremets, éclairs et autres desserts pâtissiers beaucoup plus "classiques".
Alors forcément, j'ai été dans un premier temps plutôt intriguée par cette recette sans sucre, sans gluten , sans beurre et sans produits laitiers (sans tout finalement!!)... Mais mon petit doigt m'a soufflé que ces muffins là feraient le bonheur de mes matins pressés.

Bien m'en a pris : ce fut pour moi une mini révélation et surtout une vraie surprise de parvenir à créer  quelque chose de si réconfortant avec des ingrédients aussi "atypiques"!  J'ai obtenu des muffins tous moelleux (vive les patates douces!), croquants (vive les noix de pécan!), et incroyablement parfumés grâce aux épices rappelant les douces saveurs d'un Carrot Cake...
Au final, je ne saurais que vous conseiller de les tester, ne serait-ce que pour l'expérience gustative et culinaire! 

Alors, alors, ais-je réussi à piquer votre curiosité?



Source : Mailo Fait Maison 

Ingrédients

pour 7 à 8 gros muffins 

130g de patates douces râpées (poids cru et épluché)
140g de flocons d'avoine mixés et tamisés (sans gluten pour les intolérants)
50g de noix de pécan (ou cerneaux de noix classiques)
2 œufs
200g de pâte de dattes ou de dattes moelleuses mixées (type Medjool) : j’achète ma pâte de dattes en magasin bio
1 sachet de levure  chimique
25g d'huile de coco 
30g d'huile neutre végétale ou huile d’olive très douce
20g de purée d'amandes complète (ou blanche)
1 cuillère à soupe rase de vinaigre de cidre (ou de jus de citron)

1 belle cuillère à café de cannelle
Une pincée de quatre épices 
Une pincée de muscade moulue
Une pincée de piment de cayenne ou d’Espelette
Une pincée de vanille en poudre


Préparation

Préchauffer le four à 180°C 
Faire torréfier les noix de pécan au four sur une plaque couverte de papier sulfurisé pendant une dizaine de minutes. Concasser très grossièrement.

Si l'huile de coco utilisée est solide, verser les 25g dans une petite tasse et la liquéfier en la passant 10 secondes au micro-ondes puis laisser refroidir.

Mixer puis tamiser les flocons d'avoine pour obtenir une "farine" d'avoine. La mélanger avec la levure.
Râper une petite patate douce crue et épluchée et en prélever 130g. La verser dans un grand saladier avec les noix de pécan grossièrement concassées.
Dans le bol du mixeur (robot coupe), placer les œufs, les 2 huiles, la purée d'amandes, la pâte de dattes, le vinaigre et les épices jusqu'à obtention d'un mélange onctueux. 

Ajouter cette préparation obtenu dans le saladier de patates douces et mélanger bien avec une cuillère à soupe.Verser enfin la farine d'avoine dans le saladier. Mélanger jusqu'à ne plus voir de trace de farine sèche.
Versez dans 7 ou 8 moules à muffins en silicone. Enfournez pendant 18 à 20 minutes à 180°C. 
 Laissez refroidir un peu avant de déguster. 

Conserver dans une boite métallique hermétique à température ambiante. Après 2 jours, les placer au réfrigérateur.
Les muffins sont bien meilleurs tièdes. Au moment de les déguster, les réchauffer quelques secondes au micro-ondes! 
 

La Note des Goûteurs : 17/20

vendredi 10 novembre 2017

Pancakes Japonais (sans matières grasses!)

La semaine est enfin finie, il est donc grand temps de réfléchir à votre Brunch du dimanche (moi j’y pense depuis mardi mais ça, c’est mon côté obsessionnel qui parle). Et ce dimanche, ça sera pancakes Japonais au programme! En réalité, ces pancakes là n'ont de japonais que le nom car ne contiennent ni thé matcha, ni sésame noir, ni même wasabi, rassurez-vous!
Cela dit, ils ont une spécificité assez inédite qui les fait différer de tous les autres pancakes que j'ai pu cuisiner et déguster : ils ne contiennent aucune matière grasse. Cette légèreté ne lèse absolument pas la texture, bien au contraire : ils sont moelleux comme un édredon douillet à souhait.
Ils sont fortiches ces japonais quand même...


Source : Irrestibird

Ingrédients 

Pour une douzaine de pancakes : 

2 gros œufs 
200 mL de lait entier (ou encore mieux 100 mL de lait ribot et 100 mL de lait entier)
200g de farine blanche T55 ou T45
1 sachet de levure chimique
40g de sucre en poudre
1 cuillère à café d’extrait de vanille 

Dans un bol, fouetter les jaunes d’œufs, le lait et la vanille jusqu’à obtention d’un mélange mousseux.
Dans un second bol, mélanger les éléments secs : la farine, la levure chimique puis le sucre en poudre.
Verser et mélanger vivement avec une cuillère en bois (pas au fouet) les éléments liquides aux éléments secs. Ajouter les 2 blancs d’œufs (pas en neige)  et mélanger encore*.
Couvrir d'un torchon propre et laisser  reposer à température ambiante 30 minutes à 1 heure. Si vous les préparez à l’avance, placez la pâte au frais.
 

Faire chauffer une poêle anti-adhésive (ou une poêle à mini crêpes)  légèrement huilée avec un essuie-tout. Quand elle est bien chaude, verser une grosse cuillère à soupe de pâte. 

Faire cuire les pancakes sur feu moyen. Quand des petites bulles commencent à apparaitre, retourner et poursuivre la cuisson sur la seconde face. Réserver.

Note* : j’ai remarqué que le fait de séparer les blancs des jaunes et de rajouter les blancs à la fin rajoutait encore plus de moelleux. Cela n’est pas du tout obligatoire, je ne le faisais pas les premières fois et ils étaient très bons quand même!
 Répéter l’opération jusqu’à épuisement de la pâte.

Accompagner de sirop d'érable et pourquoi pas de bananes coupées en deux dans la longueur et saupoudrées de sucre de coco (ou sucre en poudre!) avant d'être passées sous le grill du four quelques instants... Un régal!

 

La Note des Goûteurs : 18/20

mardi 7 novembre 2017

Salade Automnale au Chèvre frais, Chou rouge, Grenade et Noix de Pécan caramélisées (IG bas)

Me voilà de retour après quelques jours à Venise où je me suis nourrie (quasi) exclusivement de pâtes, risottos et autres Tiramisu.  Mon système digestif,  complètement paniqué le pauvre, m'a réclamé dès mon retour la réhabilitation immédiate des salades et des petits plats légers.
Ne souhaitant pas le contrarier évidemment, je me suis empressée de lui concocter cette jolie salade aux couleurs automnales. Rien de très compliqué ici : une poignée de chou rouge par ci, des lamelles de concombre par là, quelques graines de grenade, une belle portion de chèvre frais et surtout des noix de pécan caramélisées qui permettent à elles seules d'amener la banale salade du quotidien dans une tout autre dimension...
On obtient finalement une recette légère, certes, mais avec ce qu'il faut de gourmandise pour ne pas tomber dans le syndrome dépressif post vacances que vous connaissez très probablement aussi bien que moi!



Ingrédients 

Pour 2 personnes en plat principal ou 4 personnes en entrée

Jeunes pousses ou feuilles de mâche
Quelque lamelles de chou rouge émincé
150g de chèvre frais
Une demi grenade
1/2 concombre
Quelques Edamame (Picard ou en supermarché asiatique) ou quelques fèves sinon

Noix de pécan caramélisées : 
Une grosse poignée de noix de pécan
Une cuillère à soupe de miel
Une pincée de fleur de sel

Vinaigrette : 
Vinaigre balsamique blanc + vinaigre de cidre + huile d'olive extra vierge
ou simplement vinaigre balsamique classique + huile d'olive extra vierge


Préparation 

Laisser décongeler les Edamame.

Préparer les noix de pécan caramélisées : faire revenir dans une poêle sans matière grasse les noix de pécan puis ajouter le miel et mélanger très rapidement sur feu moyen (ça va très vite!). Éteindre le feu, saupoudrer d'une pincée de fleur de sel,  étaler sur une feuille de papier sulfurisé et laisser refroidir. Concasser très grossièrement.

Préparer la sauce
Dans un bol, mélanger tous les ingrédients de la vinaigrette. Saler, poivrer et réserver.

Préparer la salade :
Couper le concombre épépiné en fins bâtonnets. Écosser les Edamame et prélever les graines de grenade. Émincer le chou rouge si ce n'est pas déjà fait (on peut l'acheter émincé au rayon frais, c'est bien pratique!). Placer le tout avec les feuilles de salade verte dans un grand saladier, verser la moitié de la sauce et mélanger délicatement (c'est mieux de procéder ainsi afin que toute la salade soit bien imprégnée).

Verser sur le plat de service ou directement dans les assiettes. Ajouter le chèvre frais émietté sur le dessus, verser le reste de sauce et saupoudrer des noix de pécan caramélisées et concassées.

Déguster!
Comme toujours, si vous préparez la salade à l'avance , ne rajouter la sauce et les noix de pécan qu'au dernier moment!


 La Note des Goûteurs : 16/20

vendredi 27 octobre 2017

Un Déjeuner "Frenchie" au Comptoir de la Gastronomie

Aujourd'hui je vous amène déjeuner au Comptoir de la Gastronomie, une véritable institution parisienne (fondée en 1894!) du côté de Châtelet / les Halles, qui vient de rouvrir ses portes après plusieurs mois de travaux. On découvre avec enthousiasme une devanture que l'on croirait tout droit sortie d'un roman de Balzac et un restaurant bourré de charme où tout est fait maison, du foie gras de canard mi-cuit au saumon Gravlax. Du classique, certes, mais du classique diablement efficace...

Premier bon point, les formules déjeuner sont très accessibles (16 et 18 euros) ce qui en fait une table privilégiée pour les déjeuners d'affaire. Le côté très Frenchie du lieu me laisse penser qu'il ravira également les touristes gourmets désireux de découvrir un vrai bon bistrot Parisien.

Formule déjeuner

Mais je m'égare, revenons à nos moutons! Pour mon repas ce midi de semaine, ce sera un saumon Gravlax maison d'une qualité irréprochable et un œuf poché à la cuisson totalement maîtrisée, accompagné de sa garniture des sous-bois.

Saumon Gravlax

Oeuf poché et persillade de champignons

Et ce pain toasté de folie que vous pouvez apercevoir sur les deux assiettes, on en parle? Quand les bistrots parisiens "ordinaires" nous grillent trois tranches de pain de mie trop sec et l'affublent du nom de toast en s'attendant à ce que l'on crie au génie, ici, on accompagne les entrées d'un excellent pain poêlé crousti-moelleux. Simple et efficace, je vous dis!

Pain toasté crousti-moelleux

Regardez bien , il est caché sous l’œuf poché!

Le plat qui suivra, composé de ravioles de foie gras entier et poêlé (déroutant à la première bouchée, détonnant dès la seconde) copieusement arrosées d'une crème de truffes au parfum enivrant, me séduira tout autant. Pas des plus légers avec son orgie de crème, certes, mais tellement gourmand que l'on finira son assiette sans moucheter.

Ravioles de foie gras, crème de truffes


Va t-on réussir à avaler une douceur après tout ça? Après (rapide) hésitation, la réponse sera OUI, évidemment (l'extensibilité de mon estomac m'étonnera toujours!). Et pour pousser le vice jusqu'au bout, nous opterons pour un mi-cuit au chocolat accompagné de sa glace vanille. Ce dessert souvent malmené (pour ne pas dire simplement raté), est ici une ode au chocolat noir dans son plus simple appareil.

Mi-cuit au chocolat
Et son cœur coulant ...

Au final , ce fut un vrai plaisir de découvrir cette adresse dans laquelle simplicité rime avec technicité et amour du produit.

Le petit plus de la maison? Le lieu ne se contente pas d'être un bon restaurant, il fait également épicerie fine
Voilà qui est bien pratique : vous allez déjeuner en vitesse entre deux dossiers et vous quittez les lieux avec un coffret cadeau (pour l'anniversaire de belle-maman ce soir, vous savez, celui pour lequel il est fortement recommandé de ne pas arriver les mains vides?) et avec un bocal de foie gras mi-cuit (pour vous) sous le bras.

Alors, elle est pas belle la vie?

Le Comptoir, côté épicerie


Un grand merci à Anne-Laure pour l’invitation! 


C'est par là que ça se passe : 

Le Comptoir de la Gastronomie
34 rue Montmartre
75001 Paris

lundi 23 octobre 2017

Velouté de Potimarron rôti aux épices

Le velouté de potimarron, je vous l'ai présenté il y a quelques temps sur le blog et c'est une recette que je refais très régulièrement. Il est incontestablement mon velouté chouchou, aussi bien pour une "lunch box" lors de mes déjeuners au boulot, que pour un diner léger le soir quand je n'ai pas envie de me casser la tête.
Alors pour une fois, après des années de bons et loyaux services, j'ai fait des infidélités à ma recette habituelle et, plutôt que de le cuire bêtement à l'eau, j'ai fait rôtir au four mon potimarron après l'avoir généreusement arrosé d'épices pour l'occasion.
A la fin de la cuisson, j'ai mixé les cubes croustillants obtenus avec un fond d'eau et j'ai obtenu un velouté onctueux, avec un petit goût de "grillé" très agréable.
Pour obtenir un mélange de textures plus intéressant, j'ai laissé quelques morceaux de potimarron entiers et les ai rajoutés dans les bols au moment du service.
Et bien c'était une belle réussite gourmande, légère et réconfortante... Le changement a parfois du bon!

 

Ingrédients

Pour 4 personnes

1 beau potimarron (bio si possible) *
3 cuillères à soupe d'huile d'olive
Une belle pincée de cannelle en poudre + paprika + une pincée de piment d’Espelette

Note* :  Ce velouté est encore meilleur avec du Kabocha, une variété de courge japonaise, si vous avez la chance d'en trouver! 
Préparation

Préchauffer le four à 200°C.
Laver et frotter le potimarron puis le sécher et le couper en deux et retirer les graines.Ne pas enlever la peau (d'où ma préférence pour un potimarron bio).

Couper la courge en gros cubes et les disposer dans un bol. Verser l'huile d'olive et saupoudrer du paprika, du piment d’Espelette et d'une bonne pincée de cannelle. Saler généreusement et poivrer. 
Mélanger bien avec les mains, pour imprégner les légumes du mélange.

Étaler les légumes en une couche, sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.

Enfourner le potimarron pour 45 minutes environ à 200°C, en retournant 2 fois en cours de cuisson.

Prélever 3/4 des cubes, les verser dans une grande casserole et les mixer au mixeur plongeant avec de l'eau bouillante jusqu'à obtenir la texture désirée. Goûter et ajuster l’assaisonnement.

Laisser le quart restant de potimarron au four pour 5 à 10 minutes, en position grill, afin de le faire "croustiller".


Au moment de servir , réchauffer le velouté dans la casserole et servir dans les bols avec les morceaux de potimarron coupés en 2 ou 3.

C'est prêt!


Déguster bien chaud!

La note des goûteurs : 17/20

vendredi 20 octobre 2017

Muffins Légers et Moelleux aux Poires et au Chocolat (IG Bas)

Qui a dit que par définition, les muffins étaient forcément bourrés de beurre et de sucre? Je vous l'accorde, le moelleux de ces petites choses est souvent proportionnel à leur taux de matières grasses. Et pourtant, depuis que j'expérimente les recettes plus légères (soyez rassurés, je ne vous présente que les réussites... Car oui, il y a eu quelques ratages spectaculaires dont je vous épargnerai les détails!), tout un éventail de possibilités s'est ouvert à moi et j'ai découvert que l'on pouvait tout à fait obtenir des muffins d'un moelleux sans pareil tout en ne mettant que des bonnes choses dedans.
En voici l'exemple parfait. Ces muffins aux poires, aux noisettes et pépites de chocolat noir (inspirés d'une recette de Flora) ont en effet été totalement validés.
Un mélange subtil de moelleux, croquant, rustique, fruité et réconfortant... Je ne vous dis que ça.

Je vous l’accorde, certains des ingrédients de la recette ne se trouvent pas chez l’épicier du coin (sauf si votre épicier est un adepte de la cuisine IG Bas, soit...).  Personnellement, j’achète tout sur le net (sites Greenweez et Bien Manger) . Les produits sont souvent moins chers et tout aussi qualitatifs que dans les magasins bio... 

Quoiqu'il en soit, je réfléchis déjà à des variantes de cette délicieuse recette de muffins "healthy". Bananes / chocolat /noix de pécan, ou encore pommes / cannelle / amandes, tout est possible... Laissez parler vos placards et vos envies!



Ingrédients

Pour 5 gros muffins 

40g de farine de sarrasin 
45g de farine d'épeautre complète (j'aime beaucoup celle-ci)
3/4 d’un sachet de levure chimique
Une pincée de sel
40 mL de sirop d’agave (celui-ci est excellent) ou de sirop d'érable
70g de compote de pommes sans sucres ajoutés (du commerce, ça ira très bien)
40g de poudre de noisettes (grillée c'est encore meilleur)
25g de purée de noisettes
80 mL de lait d’amandes non sucré ou lait de noisettes (ou autre lait végétal non sucré)
2 petites poires Williams bien mûres coupées en gros dés
1 grosse poignée de noix ou de noisettes 
30g de chocolat noir fort en cacao (70% de cacao minimum)  (20g + 10g sur le dessus... ou un peu plus!)


Préparation

Préchauffer le four à 180°C

Faire torréfier une poignée de noix ou de noisettes au four à 180°C pendant une dizaine de minutes. Les concasser très grossièrement.

Dans un saladier mélanger les ingrédients secs : farine de sarrasin, d'épeautre et levure chimique puis poudre de noisettes et une pincée de sel.

Ajouter les ingrédients humides : sirop d’agave, compote, purée de noisettes et lait d'amandes.
Terminer en ajoutant 20g de chocolat noir concassé en grosses pépites. Ajouter enfin les noix ou noisettes grossièrement concassées (en garder quelques unes pour le dessus).

 Répartir la pâte dans 5 moules à muffins en silicone (jusqu'en haut). Parsemer le dessus des muffins avec des morceaux de noix ou noisettes restants et les 10g de pépites de chocolat noir.

Enfourner pour 20 minutes à 180°C. 

Laisser refroidir au moins 20 minutes avant de démouler délicatement.

Régalez-vous!

Note : pour les conserver, placez-les dans une boite hermétique pendant 2 jours. Au delà, conservez-les au frais ou congelez-les! 



La Note des Goûteurs : 17/20

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...